Un potager sur le balcon : avantages et inconvénients

Un potager sur le balcon : avantages et inconvénients

Allez, cette fois on se lance : quels sont nos atouts et nos contraintes ? Par où commencer ? Comment procéder ?

Les inconvénients :

  • La surface bien sûr ! Coup de chance, la taille du potager ne fait pas toujours le jardinier, et la permaculture en n’alignant pas les carottes en rang d’oignons permet de résoudre en partie ce soucis. Néanmoins, petite message aux ambitieux, sachez-le, il sera difficile de devenir autonome grâce à votre balcon.
  • La matière première : les sacs de terreaux dans le Uber, ou le compost dans le panier du Velib’, et la bale de paille à l’arrière de la Tesla… C’est pas simple. Mais on essaiera de trouver des solutions (ensemble peut-être ?)
  • La pluie. Si comme moi vous avez un voisin du dessus, la pluie n’atteint pas, ou très peu votre balcon. A moins de convaincre votre copropriété de faire des trous dans la gouttière de l’immeuble afin de récupérer les eaux de pluie, il faudra trouver une solution pour que vos cultures ne manquent pas d’eau. (Il y en a !) C’est dommage car la pluie est une eau d’arrosage excellente (et gratuite !)
  • Les pollinisateurs : Last but not least at all ! Les citadins ne le savent pas toujours, mais pas de tomates ou de courges sans insectes pollinisateurs. C’est eux qui viendront féconder les fleurs. Sans cela, vos potirons apparaîtront avant… de se dégonfler totalement. Hors, les villes et les centres-villes ont fait fuir les insectes. Il va donc falloir essayer de les attirer… Pensez-y la prochaine fois que vous êtes en terrasse et que vous écrasez une abeille. 😉

Les avantages  :

  • Le premier concerne la pollution des sols. Plusieurs études récentes tendent à prouver que les potagers en ville ne sont pas l’idéal. Les sols sont pollués et la qualité des légumes pourraient s’en ressentir. Avec votre jardinière, vous maîtriserez la qualité de la terre. Pas de soucis. Vous ne serez a priori pas confronté à un sol difficile trop argileux, trop caillouteux, etc… (A moins de vous être volontairement compliqué la tache, pourquoi pas !) Pour info, la pollution de l’air peut-être un soucis mais les polluants les plus toxiques (métaux lourds…) viennent du sol. Laver les légumes à l’eau, suffit à se prémunir des problèmes liés à la pollution de l’air. On peut également installer une barrière végétale entre son potager et la rue mais dans ce cas, attention à ne pas laisser vos légumes à l’ombre…
  • Le second : tout est à portée de main ! Pas de grand jardin, il suffit de tendre le bras pour attraper son basilic quotidien ! Easy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *