« La vie secrète des arbres » de Peter Wohlleben : la fascinante promenade

« La vie secrète des arbres » de Peter Wohlleben : la fascinante promenade

La vie secrète des arbres (cliquez sur la photo 😉

« La vie secrète des arbres » est le livre événement de Peter Wohlleben, garde-forestier allemand. Difficile de passer à côté, le livre est partout et figure en tête des ventes sur Amazon. C’est un livre formidable et fascinant. Même ceux qui possèdent des connaissances solides sur le sujet seront étonnés par ce livre. Peter Wohlleben a observé avec minutie les arbres de sa parcelle. Il les connaît par coeur et a eu l’occasion de les voir évoluer sur de très longues périodes.

Le livre débute par une de ces observations. Alors qu’il se promenait dans cette forêt dont il connaît les moindres recoins, il a croisé une formation qu’il avait l’habitude de considérer comme des rochers couverts de mousse. Il s’est penché sur ces roches. Surprise, en grattant légèrement la mousse, il s’est rendu compte qu’il s’agissait en réalité… De la souche encore verte d’un hêtre. La très vieille souche d’un arbre qui, selon ses estimations, avait du être coupé il y a 400 ou 500 ans. Comment une souche a-t-elle pu survivre ainsi ? Comment peut-être être encore verte ? Pour lui, il n’y a qu’une possibilité : les autres hêtres de la forêt on continué de nourrir et de faire vivre la vieille souche. Par leur réseau de racines, par l’intermédiaire du mycélium des champignons, la souche est parvenue à survivre.

Les arbres ne sont pas toujours ce que l’on croit…

Ce n’est qu’un exemple parmi les dizaines d’autres cités par Peter Wohlleben dans « La vie secrète des arbres ». Ainsi, j’ai la joie de vous présenter l’un des plus vieux arbres du monde :

Epicéa de Dalécarlie
Épicéa de Dalécarlie : 9950 ans ! (Crédit : Reuters)

C’est un épicéa de près de 10 000 ans situé dans la région de Dalécarlie en Suède. Observez bien cet arbre : une tige un peu maigrichonne et asymétrique ? En réalité, tout se passe au niveau du sol. Les tiges développées au pied du tronc contribuent à faire survivre la souche en permettant la photo-synthèse et en lui apportant l’alimentation dont il a besoin. Ces petites branches qui semblent bien fragiles ont, en réalité, elles-mêmes plusieurs siècles. Un vieille arbre de même pas un mètre ! De quoi remettre en question la vision que l’on peut avoir d’un arbre !

La forêt nationale des malheurs dans l'Oregon : plus gros champignon su monde
La forêt nationale des Malheurs dans l’Oregon : vue satellite (Google)

C’est la forêt qui cache l’arbre !

Voici une vue satellite de la forêt nationale des Malheurs dans l’Oregon (un de mes Etats préférés aux États-Unis). C’est ici que vit l’un plus vaste organisme vivant sur Terre : un champignon, l’Armillaria solidipes. En réalité, il s’agit d’une colonie âgée de plus de 2 500 ans où chaque entité est reliée à l’ensemble par les « racines », le mycélium. Le tout sur plus de 8 kilomètres carrés. Un organisme vivant découvert en 2003 qui vient concurrencer Pando, la colonie de peupliers faux-tremble située dans l’Utah, aux États-Unis qui serait âgée de… 80 000 ans ! Là où on ne voit qu’une multitude d’arbres, se trouve en réalité un organisme vivant unique qui collabore et s’échange des informations. Bluffant ! Les chercheurs estiment la masse de Pando à 6000 tonnes !

Une colonie de peupliers faux-tremble dans l’Utah.

Rassurez-vous, avec ces informations, je ne vous ai pas spoilé le livre, il ne s’agit que de trois histoires parmi une multitude d’autres toutes aussi fascinantes.

Allez quelques liens pour en savoir plus avant d, j’en suis sûre, craquer pour « La vie secrète des arbres » :

Une émission sur France Inter avec Peter Wohlleben.

Une interview dans Libération, intéressante car il s’explique sur le reproche qu’on a pu lui faire concernant une certaine propension à l’anthropomorphisme.

Et si vous souhaitez en savoir davantage sur l’incroyable champignon de l’Oregon et que vous lisez l’anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *