Faire son compost sur un balcon : facile et gratuit

Faire son compost sur un balcon : facile et gratuit

Faire son compost sur un balcon, c’est parfaitement possible. C’est aussi très simple. Depuis deux ou trois ans, on voit fleurir des composteurs connectés et autres « composteurs de cuisine » qui coûtent entre 50 et 1 300 euros (oui oui, c’est ici). Perso, je pense que c’est du gadget et du green washing. Qui a besoin d’autant de compost par mois ? À moins d’avoir un champ… Je ne vois pas l’intérêt. Pourquoi vouloir obtenir en 48 heures, ce que la nature met plusieurs mois à faire ? Moi qui adore le web depuis près de 20 ans maintenant (la preuve avec ce blog), j’ai du mal avec toutes ces initiatives connectées… Bref.

Voici, comment je composte sur mon balcon : une soucoupe, un pot et un couvercle suffisent. Pas besoin d’acheter quoi que ce soit, ce sont des choses qui traînaient chez moi. J’ai juste mis le tout dans un sac en toile de jute pour le côté « esthétique » parce que je n’aime pas trop le rose 😉

J’utilise mon composteur… pour obtenir du compost et pas forcément dans une dynamique « zéro déchet », du coup, je ne composte pas tout. En gros, je le remplis jusqu’à ce que deux pots soient pleins et j’arrête là. Ça n’empêche pas de trier les déchets etc., mais le but n’est pas de générer des dizaines de litres de compost dont je ne saurai que faire ensuite… (Mes voisins ne jardinent pas 😉

Un compost sur le balcon : le pas à pas

Voilà comment ça se passe là dedans. On parle beaucoup « d’odeurs » etc. Mon composteur est exposé Sud-Est (donc potentiellement au soleil) et je n’ai jamais senti aucune odeur. Quand je l’ouvre, ça ne sent strictement rien sauf quand il est prêt, ça sent le sous-bois 😉 Je pense que s’il est fait dans les règles (pas de produits d’origine animale sauf les coquilles d’oeufs, peu d’oignons, d’ails et d’échalotes, pas ou peu d’agrumes…) il n’y a pas de raison que cela empeste. Le pot est naturellement aéré et ça ne fermente pas.

Une fois de temps en temps… On touille avec un bâton !

C’est tout ! Il faut entre 3 et 6 mois pour que le pot se transforme en compost. En gros, je le débute à la fin du printemps pour la fin de l’hiver. Cela permet d’enrichir la terre avant de débuter la période des semis, rempotage etc.

Ma commune fournit des lombricomposteurs pour une dizaine d’euros. J’en ai commandé un, mais la livraison tarde. Je ferai un article dessus quand la machine aura été lancée. Renseignez-vous auprès de votre commune également, c’est une initiative assez fréquente.

EDIT : étant donné que cette méthode à peu de coût et ne demandant aucun investissement fonctionne parfaitement, j’ai décidé de ne pas torturer de vers chez moi 😉

4 commentaires

  1. Bonjour
    Belle idée, mais, pas de vers de terre dans votre composteur pour aider à la décomposition? Juste vos déchets de cuisine?
    Merci de votre partage.

    1. Author

      Bonjour,

      Pas de ver non, les micro-organismes font le travail seuls 🙂 Les vers accélèrent le processus, c’est pour cela que j’envisage de m’équiper d’un lombricomposteur. Déchets de cuisine et taille/feuilles mortes du balcon uniquement, oui 🙂 Merci pour le commentaire !

  2. bonjour, je fais exactement pareil sur mon balcon et oui ça marche très bien. La seule différence, je réduit les détritus en petits morceaux pour que la terre l’ingère mieux. merci pour cet article.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *