Greffe de tomates cerises et coeur de boeuf : mon expérience

Greffe de tomates cerises et coeur de boeuf : mon expérience

Depuis quelques jours, j’étais inquiète pour mes plants de tomates dont la croissance stagnait. Clairement, je les ai sortis trop tôt et ils sont entrés en dormance comme en témoigne leur couleur violette. La douceur de ces 2 ou 3 derniers jours a fait qu’ils ont repris lentement leur croissance et commencé à former de nouvelles feuilles, mais il fallait prendre une décision : car l’obtention de tomates était compromis. Ce week-end, nous sommes allés acheter des plants bio à la croissance bien plus avancée.

Arrivée avec nos courses à la maison, stupeur ! Je découvre que 3 plants de tomates cerises F1 se sont glissés dans mes achats . « Ah mais je ne veux pas ça du tout sur mon balcon moi ! » Je les mets de côté, sceptique. Et puis le lendemain, j’ai eu une idée ! J’ai des petits plants de « coeurs de boeuf » parfaits et d’origine contrôlée d’un côté… Et des plants de tomates cerises F1 de l’autre. Je vais tenter des greffes ! Au pire, ça ne marchera pas, mais au moins mes semis auront servi à quelque chose… et mes tomates cerises aussi.

L’intérêt de ce type de greffe, c’est de conserver le patrimoine génétique du greffon, et la puissance de la modification génétique du « porte-greffe ». Les graines obtenues pourront donc être re-semées.

Alors, autant dire que je me suis lancée dans quelque chose qui me dépasse. Qui me dépasse moi, mais qui dépasse surtout mon niveau de jardinage 😉

Ce n’est donc pas un « conseil » que je publie aujourd’hui, mais plutôt le fruit de mon expérience. Je mettrai ce billet à jour de temps en temps afin que vous puissiez voir le résultat.

À noter : je me suis inspirée de cet article pour faire ma greffe. J’ai choisi la technique dite du « cure-dent » pour deux raisons : je n’avais pas d’attaches et la taille de mes plants était idéale (un petit plant de coeur de boeuf, et un plant de tomates cerises clairement plus costaud…)

  1. Le (tout petit) plant de tomates de coeur de boeuf et le (grand et magnifique) plant de tomates cerises F1. Un cutter désinfecté, un cure-dent.

2. Je tranche nette la tête du porte greffe, et avec un cure-dent, je creuse la tige sans la déchirer. Puis, je tranche le greffon et je le glisse dans la tige.

3. Hop ! Le greffon et le porte-greffe s’emboitent facilement et les tiges se rejoignent sur environ un centimètre.

4. Pour favoriser la prise de la greffe, il faut maintenir le nouveau plant dans un taux d’humidité élevé (idéalement 70%). Il faut le vaporiser à l’eau (je n’ai pas pris l’étape en photo)… Et ensuite, le maintenir dans ce qu’on appelle une « enceinte de confinement » pendant une semaine à 10 jours. Mes plants étaient très secs et clairement en manque d’eau, je l’ai donc un peu noyé (désolée pour la photo floue).

5. Hop ! Sous plastique !

Deux heures plus tard, le greffon n’a toujours pas fané. En même temps, il a pris le froid, il est costaud ! Je crois en lui. La suite dans quelques jours…

Edit : des nouvelles de mes greffons à J+4 et J+3.

Le premier greffon à J+4. Pas beaucoup de changement depuis 3 jours, le bout des feuilles du greffon s’est fanée et sont retombés à J+1 (on le constate bien, en comparant avec la photo plus haut) depuis pas de changement. Les dernières feuilles ont un peu retrouvé leur couleur verte… Les gourmands du porte-greffe sont au taquet et poussent très vite eux. Reste à espérer que le porte-greffe finisse par reconnaître sien, le petit corp étranger violet 🙂

La seconde greffe à J+3. Le bout des feuilles a un petit peu fané sur quelques dixième de millimètre, aujourd’hui.  J’ai l’impression que cette greffe prend un petit mieux que la première.

Vous l’avez compris à ce stade, rien n’est gagné, rien n’est perdu. Il a fait très chaud depuis 2 jours et ce soir, nous avons eu le droit à une belle averse tropicale. Du coup, j’ai libéré les plants de leur enceinte de confinement, le taux d’humidité de l’air étant très élevé naturellement, ce soir. On annonce 15 degrès de moins dans 2 jours, je pense que les rentrerai pour éviter une catastrophe à un moment critique de la greffe…

A suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *