Mai 2017 : un balcon bien vert encore en devenir

Mai 2017 : un balcon bien vert encore en devenir

Hello ! Je n’ai pas fait d’article jardinage depuis un moment. C’est ce que j’ai rien entamé de neuf depuis 15 jours, les plantes poussent. Elles changent chaque jour et c’est un vrai plaisir de constater qu’elles semblent se plaire 🙂 Le grand soleil de ces derniers jours aide beaucoup. Maintenant qu’il n’y a plus de semis qui trainent, j’ai un peu réaménagé le balcon pour qu’on puisse circuler sans se prendre les pieds dans un godet. On visite ?

Cette photo n’a l’air de rien et pourtant, c’est une grande victoire qui me réjouit. Vous vous souvenez peut-être qu’il y a environ un mois, nous avions recueilli un petit citronnier tout recroquevillé sur lui-même (enfin, ses feuilles…) et assez mal au point. Ses feuilles jaunissaient mais mon copain a flashé dessus (il faut dire qu’il sentait diablement bon) et moi aussi (ce doit être notre côté « Charlie Brown » a récupérer et préférer les plantes mal fichues. ;)) Et bien, après un mois d’amour mais surtout d’engrais pour agrumes et d’arrosages réguliers, le petit père fait de nouvelles feuilles ! Sur les 6 branches greffées, deux font encore triste mine, mais ces nouvelles feuilles nous réjouissent. À la fin de l’automne, il aura droit à un rempotage grande classe ! (Fichues jardineries…)

Les haricots et le maïs, avec les beaux jours, poussent à vue d’oeil. J’adore regarder les haricots grandir (comme je comprends Thoreau et son champ de haricots). Chaque pied semble pousser selon sa propre logique incompréhensible à nous êtres humains. Ils décident de faire une feuille là où ne l’attendait pas. Je trouve que ce sont de très belles plantes

Les maïs ressemblent à des brins d’herbe géants. Seule la courge (puisque le but de cette jardinière est de reproduire LA combinaison de permaculture) semble un peu perdue au milieu de cette folie… En même temps, j’avoue qu’avoir le balcon couvert de feuilles de courge m’impressionnait un peu… Peut-être l’a-t-elle compris et retarde-t-elle sa croissance pour cette raison ?

Quelques branches de lin ont décidé de s’inviter dans ce compagnonnage. Je n’ai pas eu le coeur de leur apprendre que la permaculture ne les avait pas sélectionnés. Les voici qui fleurissent et finalement, c’est très bien comme cela !

Mes autres plants de courges potirons/butternuts sont partis à la campagne dans le jardin du papa de mon copain qui les cultive sur son tas de compost depuis 2 000 ans (c’est ce que dit la légende du village…) Ce fut un bel exercice de musculation que d’étendre le terreau et de planter ces 12 pieds de potirons ! Record à battre : 35 kilos !

Retour au balcon ! Je connaissais évidemment la lavande, mais je n’avais jamais vu les fleurs se former. Ce fut le cas avec cette botte dont les pointes commencent à prendre une jolie teinte violette… Et embaume déjà !

Le laurier rose prépare quelque chose depuis plusieurs semaines et cela promet d’être magnifique… J’ai beaucoup d’espèces rustiques qui fleurissent bleues (bourraches, consoudes, lavande, lin…) Et j’avoue qu’un peu de rose me fait plaisir !

Côté « Super Jardinière » c’est la jungle permaculturesque. Les tomates prennent 3 cms par jour (où cela s’arrêtera-t-il ?) et font leurs premières fleurs. Les consoudes à leurs pieds sont challengées par les bourraches qui frôlent maintenant 1,80 mètre. Un basilic prépare des fleurs, la ciboulette est couverte de pompons violets et les abeilles se réjouissent de tout cela.

9 pieds de fraisiers se cachent derrière cette redoutable murailles végétale, ils se plaisent bien les fraises en l’air. Aujourd’hui ou demain, nous mangerons une douzaine de fraises !

Dans ce bac, tout est plus tranquille. Les bourraches font une taille normale et les tomates se sont habituées. Comme l’ensemble fait un peu déplumé et que nous avons le sens de l’esthétique dans ce foyer, j’ai ajouté des graines de lin pour meubler le bas du bac.

Place aux pots : la menthe victime d’un champignon non identifié a reçu une coupe d’été. Elle n’en a que faire bien sûr et voilà le pot qui reverdit déjà par petites touches. À côté les fraises de l’année prochaine s’habituent à l’idée stupide que j’ai eue de les mettre dans une jarre à confiture. J’ai beau leur expliquer que ce sera très joli sur Pinterest et Instagram le moment venu, je sens leurs regards pleins de reproches au moment de les arroser… Peut-être qu’elles n’ont pas la 4G ?

Enfin, le framboisier (et encore des fraises à ses pieds). Il semblerait que dès la première saison, il ait décidé de nous prouver de son utilité. Aussi, nous mangerons quelques framboises cette année ! Un vrai gentleman !

Et si cette joyeuse compagnie ne vous a pas encore lassé. Voici, quelques plans larges  où vous apercevrez les anémones, d’autres tomates (ça n’en finit pas, je vous dis !) et les tours de pommes de terre…

Le balcon en mai…

Le balcon en avril…

Quelques géographes qui passaient par là l’autre jour ont trouvé une zone encore inhabitée. Ils m’ont fait part de leur découverte, et nous avons décidé d’en profiter avec… un nouveau bac. Avouez que ça manquait ! La suite un peu plus tard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *