Plantes compagnes en permaculture : l’ultime récap

Plantes compagnes en permaculture : l’ultime récap

L’un des points essentiels en permaculture concerne les plantes compagnes. J’avais déjà abordé le sujet mais le principe est simple : pas de monoculture dans la nature ! Au contraire, certaines plantes se stimulent mutuellement en attirant les pollinisateurs, en éloignant les nuisibles, etc.

L’association la plus connue s’appelle « les Trois Soeurs ». Elle nous vient d’il y a plusieurs milliers d’années et était pratiquée par les Amérindiens. Il s’agit d’associer trois cultures : le maïs, les haricots (ou fèves) et les courges. Le maïs sert de tuteur aux haricots, les courges gardent l’ensemble humide. Cette année, je la tente mais sans butte (car les buttes sur un balcon…)

Maïs, haricots et courges : les Trois Soeurs

Le principe est donc de trouver ces associations. Sur le web, on trouve de tout concernant les plantes compagnes. Ce qui est amusant, c’est que l’été dernier, lorsque je cherchais des renseignements sur le sujet, on ne trouvait rien. Le sujet est devenu à la mode ! (Et c’est une bonne chose !)

Hélas, certains articles se contredisent (parfois, le même article se contredit lui-même préconisant une association qui sera déconseillée plus loin) alors j’ai fait quelques recherches pour vous fournir LE tableau ultime des plantes compagnes. Je l’enrichirai avec mes propres constatations et vous, n’hésitez pas à participer dans les commentaires ! 🙂 Comme pour chaque chose en permaculture, il ne faut pas être dogmatique (certains « permaculteurs » le sont un peu parfois). Il faut se sentir livre d’essayer, bien observer ce qui se passe, et en déduire les conclusions qui s’imposent. N’écoutez pas les conseils des personnes et des sites qui ne « jardinent » pas vraiment. En revanche, les conseils des jardiniers qui pratiquent depuis des années sont de l’or 🙂

Ce tableau ne doit en aucun être vu comme une obligation ou la « Vérité » avec un grand « V », c’est à chacun de tenter ses expériences avec les particularités de son sol et de son exposition 🙂

Le tableau « ultime » des plantes compagnes en permaculture

Voir le tableau des associations de plantes (lien)

S’il ne fallait retenir qu’une seule chose des plantes compagnes, c’est que le maître mot est la diversité. Mélangez des fleurs à vos légumes, des aromatiques à vos fleurs… La diversité et la biodiversité, c’est la clé pour réduire les chances de maladies et de parasites.

Si vous souhaitez creuser le sujet, je vous suggère ce livre qui est très intéressant :

Et le blog de la ferme en permaculture du Bec Hellouin qui continue de tester des associations (comme quoi, rien n’est gravé dans le marbre et une bonne expérimentation vaut mieux qu’un conseil sorti de nulle part.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *