Aujourd’hui, quelques conseils pour débuter un balcon urbain en permaculture. Ce n’est pas toujours simple de savoir par où commencer et de garder son objectif en tête à chaque étape. Face à certains dilemmes (choix de produits, d’espèces, tailler ou non…) on peut se retrouver avec un alignement de jardinières en plastique plantées de géraniums. (Non, pas que ce soit mal, loin de là – vive les géraniums – mais disons que ce n’était pas exactement ce qu’on souhaitait faire au départ…) Donc, si vous souhaitez vous lancer, voici ce qu’il faut savoir et quelques conseils pratiques. Ce n’est pas compliqué mais la première année peut s’avérerLire la suite →

Il y a un an, quand j’ai entendu parler de la permaculture, j’ai commencé à faire des croquis pour imaginer la parfaite jardinière urbaine. J’avais imaginé tout un tas de systèmes pour récupérer l’eau de pluie, faire pousser de la mousse et des champignons et faire en sorte que ce petit écosystème se débrouille seul et soit un petit bout de nature reconstitué… C’était très ambitieux ! Au moment de passer à l’acte, j’ai donc du faire quelques concessions et partir sur quelque chose de plus simple. Pour le cahier des charges, je n’ai finalement conservé que quelques critères : un GROS volume de terreLire la suite →

Connaissez-vous le blob ? Si ce n’est pas le cas, lisez absolument cet article. Le blob, de son vrai nom « physarum polycephalum » n’est ni une plante, ni un champignon, ni un animal. C’est un organisme composé d’une seule cellule  a l’apparence d’une matière visqueuse tirant sur le jaunâtre. Il est donc dénué de bouche, de membres, d’estomac, évidemment de cerveau, et peut avoir 720 sexes différents. Pourtant, les recherches effectuées sur le blob prouvent qu’il peut voir, manger, résoudre des problèmes et apprendre ! Le blob est passionnant. A ce stade, je pense qu’une photo s’impose. Voici : le blob. Pas très ragoutant, n’est-ce pas ?Lire la suite →

Les pucerons ont attiré des coccinelles sur mon balcon (on le saura :D) : des coccx européennes et également quelques coccx asiatiques, dont on sait qu’elles sont invasives. La présence de coccinelles asiatiques m’a perturbée quelque temps… J’ai même cherché sur le web si une autorité quelconque préconisait une action en particulier. En dehors du constat « la coccinelle asiatique est en Europe » je n’ai rien trouvé « à faire » avec mes coccx. Finalement, je n’ai pas eu le coeur de m’en débarrasser. D’autant que l’une d’entre elles est venue faire sa transformation sur la feuille d’une de mes bourraches. Comment l’écraser après avoir assisté à tous sesLire la suite →

Un week-end fastueux puisque nous avons des 800 grammes de rattes du Touquet et 150 grammes de haricots verts qui attendent d’être dégustés ! Les haricots (verts, en cosse…) c’est vraiment simple à faire pousser, il existe des espèces naines qui ne prennent pas de place et ça se récolte facilement. Citadins, il n’y a pas à hésiter ! Et bonne nouvelle, en juin, il est encore temps de semer ! 🙂 Voici ma première récolte.Lire la suite →

On lit énormément de choses sur la taille des tomates. Des expériences comparatives montrent qu’effectivement, tailler permet un meilleur rendement (ce que personne n’a jamais nié, ce n’est pas pour rien qu’on le fait depuis des centaines d’années…) Et pourtant, en permaculture, on recommande de laisser faire la nature. On se dit que les tomates ne nous ont pas attendus pour… produire des fruits. Je me suis dit qu’un petit éclaircissement serait peut-être utile. Chacun choisira sa propre méthode ou un hybride des deux. Dans un potager traditionnel, on sectionne les « gourmands » et on encourage la tige principale (en la tuteurant notamment). Les tomates mûrissent mieux (car ellesLire la suite →

Il y a 90 jours, je plantais deux rattes du Touquet. Voici le résultat. On se lèche les babines à l’idée de déguster ces petites rattes. Honnêtement, les pommes de terre fraîches et nouvelles ont un goût sans commune mesure avec celles du commerce. Je plante mes tours à une dizaine de jours d’intervalle pour étaler les récoltes. Il me reste deux tours de rattes et je vais lancer ce week-end, une nouvelle tour… de Bleu d’Artois ! Je les ai récupérées dans une coopérative de fermiers dans le nord de la France, il y a 2 semaines. Je n’en avais jamais mangé et cetteLire la suite →

Vous avez fait germer un noyau d’avocat et ne savez pas trop quoi en faire ? Voici quelques idées pour rendre votre grande tige un peu plus « déco »… en attendant de la rempoter ! Choisissez un contenu en verre… original Plutôt que le traditionnel « verre d’eau » lancez vous dans une composition aérienne et aquatique. On trouve des vases vraiment originaux pour 2 ou 3 euros. Et certains parviennent à faire des choses très jolies. Attention, il y a de fortes chances pour que l’eau finisse par accueillir une belle mousse verte, bien moins esthétique ! Dans ce cas, vous pouvez extraire temporairement le noyau pourLire la suite →

Je ne vais pas vous apprendre à faire germer un noyau d’avocat… (Si cette science difficile vous échappe, j’ai rédigé un mini-article sur le sujet : faire germer un noyau d’avocat) Je pense que c’est un exercice que tout le monde a déjà tenté un jour. On se retrouve alors avec cette grande tige très jolie au début, et un peu inutile par la suite. Comment transformer l’expérience et obtenir un véritable avocatier susceptible de donner de vrais avocats ? Voici quelques recommandations. Comment transformer un noyau germé d’avocat en véritable avocatier Lorsque l’on fait pousser un noyau d’avocat et qu’il germe, on se retrouveLire la suite →

Faire germer un noyau d’avocat : comment faire ? Prenez un avocat bien mûr, idéalement celui que vous avez oublié dans un coin et qui n’est plus comestible. La chair devient fibreuse et le noyau est fin prêt à pousser. Enterrez-le à moitié dans un peu de terreau et… voilà. Quand le germe va pousser (ça peut prendre jusqu’à 2 semaines) le noyau va se fendre en deux. Si vous constatez que le germe met plus de 5 ou 6 jours à s’extraire, n’hésitez pas à lui donner un coup, en faisant un effet « levier » très délicat pour séparer le noyau en deux. Attention : leLire la suite →