Le cycle de vie d’une coccinelle

Le cycle de vie d’une coccinelle

Les pucerons ont attiré des coccinelles sur mon balcon (on le saura :D) : des coccx européennes et également quelques coccx asiatiques, dont on sait qu’elles sont invasives. La présence de coccinelles asiatiques m’a perturbée quelque temps… J’ai même cherché sur le web si une autorité quelconque préconisait une action en particulier. En dehors du constat « la coccinelle asiatique est en Europe » je n’ai rien trouvé « à faire » avec mes coccx. Finalement, je n’ai pas eu le coeur de m’en débarrasser.

D’autant que l’une d’entre elles est venue faire sa transformation sur la feuille d’une de mes bourraches. Comment l’écraser après avoir assisté à tous ses efforts ? (Apparté : et vous ? Que faites-vous des coccx asiatiques que vous croisez ? Vous les écrasez comme des moustiques ?)

Je connaissais le développement d’une coccinelle « en théorie » mais c’est la première fois que j’ai pu y assister. Rien que pour ça, je suis très contente de m’être lancée dans ce potager urbain.

Evolution d’une larve de coccinelle

Tout a commencé avec cette larve (clairement une larve venue d’Asie…) qui avalait des pucerons par grammes entiers 😉  Attention, sous vos yeux ébahis, voici… La transformation d’une larve de coccinelle :

Une belle grosse larve de coccx (photo prise le 10 juin)

Deux jours plus tard, alors que j’élaguais un peu mes bourraches (sèches et surtout pleines de pucerons) pour laisser de la place aux nouvelles tiges… Je tombe sur ce petit monstre un peu bizarre. (Ce qui est troublant, c’est que la nymphe de coccinelle ressemble davantage à une coccinelle que la jeune coccinelle… Vous me suivez ?) Conséquence : je laisse la tige de bourrache, juste pour la larve… (ouais, je suis sympa…)

Une nymphe de coccinelle. Photo prise le 12 juin

J’y retourne tous les jours en rentrant du bureau. Pas de changement jusqu’à ce que…

Jeune coccinelle. Photo prise le 16 juin

Oh-Mon-Dieu ! Où sont ses points ? Pourquoi la nymphe fait des points qu’on ne retrouve pas sur la coccinelle, alors que la larve n’en a pas ? On ne distingue pas les ailes, en fait on dirait un grain de maïs.

Dès mon réveil, le lendemain, je file sur le balcon, et là : une coccinelle parfaitement opérationnelle mais tout de même encore un peu endormie. La ligne de ses ailes est tracée et surtout, elle n’a pas lésiné sur les points.

Jeune coccinelle dotée de points. Photo prise le 18 juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *