Et sinon, t’en fais pas un peu des caisses avec tes coccinelles ?

Et sinon, t’en fais pas un peu des caisses avec tes coccinelles ?

Et si, j’en fais toujours des caisses !

Plus sérieusement…

L’autre jour, alors que je me tordais dans tous les sens pour prendre une énième photo de larve de coccinelle, je m’entretenais avec une autre partie de moi-même qui assistait à la scène : « Des coccinelles, y en a partout ! T’en fais pas un peu des caisses ? » Je me suis immédiatement répondu à moi-même : « NON !!! ». Alors : pourquoi avoir des larves coccinelles et de jeunes coccinelles sur un balcon en permaculture, c’est tellement cool au-delà de tout ce que le cool peut supporter ?

Tout d’abord, parce que j’ai des pucerons. Même si l’invasion est désormais contrôlée, je découvre tout le temps de petits foyers de pucerons. D’un point de vue pragmatique, avoir des coccinelles, ça m’évite de devoir dégainer mon savon noir tous les mois. La flemme est une vertu au jardin. Ne rien faire, ça réjouit le jardinier, et en général c’est bon pour les plantes.

Ensuite, l’un de mes objectifs avec ce balcon, c’est de contribuer à l’écosystème de mon quartier. Alors quand ça fonctionne : quand cinq ou six abeilles occupent le terrain en permanence, quand un ostie vient faire son nid dans mon hôtel à insectes ou quand des coccinelles viennent pondre dans mes plantes : je suis contente. Cela signifie que tout cela n’est pas neutre. Au-delà d’être joli et goûteux (miam, les fraises…) mon balcon est utile ! À sa petite échelle, il contribue à la biodiversité en favorisant des espèces menacées (les abeilles et les osties) et celles qui sont vulnérables (les coccinelles) suite à l’invasion d’espèces venues d’Asie.

Enfin, je suis toujours frappée d’émerveillement quand quelque chose « fonctionne ». On sait que la nature appelle la nature, mais quand même. Sur mon balcon. Où l’an dernier, il n’y avait qu’une dalle de béton. Au-dessus d’une avenue fréquentée. Alors que c’est mon premier « vrai » printemps de permaculture… Honnêtement, je m’attendais à ce que rien ne marche, que toutes les plantes meurent et que rien ne se passe. J’aime quand un plan se déroule sans accroc, comme dirait l’autre.

Alors pour toutes ces raisons, j’en fais des caisses !

CQFD

Ps : la photo de la coccinelle en tête de l’article n’est pas floue (enfin… pas tant que ça) : c’est juste qu’elle est très jeune et que les points sont entrain d’apparaître… REGARDE, en observant bien, on voit un point noir TRES LEGER, MAIS IL EST LA ! C’EST PAS FOU, CA ? NON ? C’EST PAS TOTALEMENT DINGUE ???!!!! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *