C’est le printemps : c’est reparti pour les semis !

C’est le printemps : c’est reparti pour les semis !

Avant de parler de semis, je vais faire un petit point sur l’hiver puisque j’ai été honteusement absente de ce blog durant cette saison. (En même, il n’y avait pas grand chose à signaler…) J’ai eu des tomates jusqu’à la fin du mois d’octobre. Les plants jaunissaient, séchaient mais les tomates murissaient malgré tout. Comme quoi, quand on parle de fruits et légumes « de saison » il ne faut pas être trop rigide. Quand il a été clair que plus rien ne bougerait plus, j’ai simplement couché toutes les plantes dans les bacs. Les tomates, les fraises, le basilic, la menthe… J’ai rabattu toutes les branches sur la terre… Et c’est tout. Certaines branches/feuilles ont disparu dans la terre (engrais vert) les autres, notamment les bois plus résistants ont permis de la protéger du contact direct du gel et de la neige.

Comme je n’avais pas eu totalement ma dose, j’ai lancé des radis, un peu d’épinard (qui n’a pas prit, les semis sont retombés aussitôt) et des crocus à safran. Ces derniers ont très bien poussé, exactement comme le décrit la ferme Sainte Marthe. Nous avons eu trois ou quatre jolies fleurs par bulbe (soit au moins 20 pistils de safran… Byzance !) Je vais simplement laisser les bulbes en place tout l’été, tranquillement.

J’ai très peu arrosé et je n’ai rien voilé. D’ailleurs, l’hiver a bien bousculé mon laurier rose. Celui-ci avait 5 tiges, issues de 5 boutures, il a parfaitement affronté l’hiver… Mais pas du tout la vague de froid de la fin du mois de mars. J’ai l’impression qu’au moins 3 tiges ont pris froid. Je vais essayer de sauver les deux autres !

Bon et le printemps alors ?!

Comme je l’ai dit dans un article précédent, c’est un peu notre bourdon qui m’a sorti de ma torpeur. J’ai lancé les semis à la mi-mars. Pour le moment j’ai 8 godets de tomates (coeur de boeuf et d’autres espèces dont le nom m’échappe comme toujours…) des coloquintes (à faire grimper), deux godets de poivrons nains, deux godets d’aubergines oeuf blanches (graines qui m’ont été offertes dans un colis, j’avoue que je les fais pousser davantage pour leur belle figure que par goût des aubergines…) Mais aussi, des butternuts et des potirons qui partiront, comme l’an dernier, dans les Hauts de France !

Mi-mars : Grand changement, cette année j’ai craqué pour trois lampes à LED. Alors, on est d’accord, même si les LED consomment peu, ce n’est pas le summum de l’écologie. Comme je l’ai dit dans un article précédent, la luminosité chez moi est un peu étrange. On passe d’une pleine lumière presque aveuglante à un éclairage plus sombre, très facilement. J’ai donc acheté ces trois lampes pour un peu moins de 30euros. Elles me permettent de prolonger la durée du jour de quelques heures, et d’éclairer mes semis, les jours où le temps est couvert. Je ne dis pas que c’est une solution miraculeuse (même si les secondes feuilles sont arrivées plus rapidement que l’an dernier) mais ça peut éviter que les semis ne filent.

Les semis sous les lampes à LED (rouge et bleu) à l’arrière, l’avocat issu du noyau de l’année dernière 😉

 

Sans les lumières : courges, tomates, et tout au fond les aubergines oeuf qui viennent tout juste de sortir.

Le balcon vit sa vie de son côté (merci la permaculture). La menthe a décidé d’envahir le « Tea Garden », la camomille et le thym sortent de leur torpeur. Dans ma grande jardinière, c’est le grand retour des consoudes. En quelques jours, elles sortent de terre comme de grands monstro-plantes et s’imposent. Une tige est déjà en boutons, les fleurs arrivent !

Le Tea Garden a bien supporté l’hiver. La menthe s’étale, le thym également. Verveine et camomille montrent leur nez.
La camomille
Consoudes et bourraches à droite sont déjà revenues ! A gauche, une campanule ajoutée pour les abeilles et mon bourdon et le thym qui a bien tenu. Dans ce bac, j’ajouterai les coloquintes et les tomates dans un mois.
Les consoudes déjà prêtes à fleurir (tout à droite)

Le groseillier (vendu taillé, donc je poursuis la taille fidèle aux préceptes de Masanohu Fukuoka) bourgeonne. Je retire les branches que j’avais couchées tout l’hiver à ses pieds, et surprise : les fraisiers sont toujours là !

Le groseillier (j’ai cru un moment qu’il avait gelé, mais pas du tout !)
Fraises et fraises des bois (les plus petites feuilles)

Début avril : super week-end du 7 avril. On sent que la nature a sonné le « gong » d’une nouvelle saison ! Les abeilles et les bourdons cherchent la moindre fleur. Les corbeaux volent le bec plein. Tout le monde s’affaire soudainement ! Après un petit coup d’oeil sur la Chaîne météo et les prévisions à 15 jours, je décide de commencer mes semis à la volée. Si une vague de froid se présente fin avril/début mai, je sortirai les voilages.

Et après…

Cette année, nous allons racheter au moins un bac (peut-être deux) et utiliser moins de « petits pots uniques » trop contraignants en arrosage et difficiles à maintenir. En attendant, j’ai mis des TAS de fleurs dans le bac où se trouvent les crocus à safran. C’était final pour seul regret, l’an passé. Énormément de verdure mais trop peu de fleurs. J’ai donc mis un sachet de graines mélangées et grimpantes, ainsi que des graines de cosmos ramenées de Lorraine l’été dernier.

Les crocus à safran et le bac dit « à fleurs » prêt pour la germination (je n’ai pas encore paillé, j’attends que les graines germent) Je n’avais pas totalement rempli le bac l’an dernier, j’ai donc ajouté 5 cms de terre.

Dans le second bac, j’ai remis des haricots verts et des haricots à écosser (miam). L’an dernier, j’avais tenté un compagnonnage : maïs, courges et haricots, mais les courges sont retombées. Clairement ce bac n’est pas assez profond pour le maïs et les courges, donc le voici plein de haricots… Et de lin. J’avais semé ce lin il y a plus de deux ans, je n’en prends pas particulièrement soin mais il repousse sans arrêt. Tant mieux 🙂

C’est tout pour le moment. Je vais attendre tranquillement que les Saints de Glace passent avant de sortir de nouvelles plantes.

A noter : j’avais réalisé quelques vidéos (la chaîne Youtube est linkée tout en haut sur le site) on m’a demandé si je comptais en faire d’autres. La réponse est « oui » ! En revanche, je voudrai m’équiper d’un stabilisateur car je filme avec mon iPhone et l’image tremblote (vous pouvez le voir sur la vidéo « Automne »). Je pense que d’ici la fin du mois, j’en proposerai au moins une nouvelle.

La vidéo : le printemps sur mon balcon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *