Vigie-Nature : devenez un observateur de la biodiversité

Vigie-Nature : devenez un observateur de la biodiversité

Je reviens aujourd’hui  pour partager avec vous une initiative du Museum d’histoire naturelle de Paris : Vigie-Nature. Il s’agit d’un réseau de citoyens observateurs de la biodiversité partout en France afin de suivre la progression (ou non) des différentes espèces dans différentes zones géographiques. C’est une initiative collaborative dont le principe est peut-être déjà connu des lecteurs les moins citadins de ce blog (car déjà appliqué pour certaines espèces d’arbres…)

A l’époque du Big Data et de la collecte massive de données utilisateurs, il peut être intéressant de s’inscrire dans une démarche volontaire et scientifique sur le sujet 😉 Ainsi, quand les journaux font leur Une sur la disparition massive de certains oiseaux de campagne, c’est notamment grâce au réseau Vigie-Nature.

Vigie-Nature repose sur des volontaires qui acceptent de suivre un protocole (très) simple et de reporter ce qu’ils ont pu observer dans leur jardin (les balcons et les parcs publics sont également acceptés !) sur la plateforme Vigie-Nature. Vous pouvez donc vous associer à différentes « opérations » concernant les papillons, les escargots ou les bourdons (tiens donc…) Ceux qui habitent le littoral trouveront une mission qui leur est propre, tout comme ceux qui vivent dans un milieu plus urbanisé (avec une mission qui consiste à recenser les espèces végétales sauvages).

Il faut donc s’inscrire sur le site de Vigie-Nature, puis créer son jardin en le décrivant rapidement (espèces présentes, taille…) À partir du mois de mars, équipez-vous des fiches facilitant l’identification des espèces et plantez-vous dans votre jardin (balcon, espace vert…) pour compter le nombre d’individus que vous croisez. Il n’y a pas de contraintes particulières, il faut juste assurer le comptage au moins une fois par mois. Tous les mois, rendez compte de votre recensement sur le site de Vigie-Nature. That’s all ! Facile, utile et très pédagogique. Plusieurs ateliers sont d’ailleurs proposés à destination des enfants.

La quantité de données recueillies est ensuite analysée par des chercheurs.

Enfin, et je sens que cette initiative pourrait séduire nombre d’entre vous, il y a aussi la mission Spipoll.

Mettre à profit ses talents de photographe : devenir un observateur de la nature

Il s’agit cette fois de photographier les insectes pollinisateurs. Alors je n’ai pas les compétences nécessaires, mais je suis persuadée que certains jardiniers seront ravis d’apprendre que leurs innombrables clichés d’abeilles puissent servir à quelque chose d’utile 🙂 Là encore, il s’agit de recueillir un grand nombre de données concernant les pollinisateurs en France. Pour participer, il faut s’inscrire sur le site de Spipoll ! Facile !

Pour savoir en détail à quoi vos clichés vont servir, je vous invite à jeter un oeil à cet article de blog. (A noter : vous pouvez partager vos clichés sur Vigie-Nature également…)

Vigie-Nature est présent sur Twitter, si vous souhaitez recevoir des informations de qualité et que vous êtes présent sur ce réseau, je vous recommande leur fil, mais aussi leur blog. Vous apprendrez par exemple qu’une nouvelle espèce de chauve-souris pourrait se cacher… A Paris !

Crédit photo : Rob Potter – Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *