Le tour du balcon : en mai, fais ce qu’il te plaît !

Le tour du balcon : en mai, fais ce qu’il te plaît !

Tout d’abord, un grand merci car… Je constate que vous êtes de plus en plus nombreux sur le blog ! 🙂 Le printemps doit aider. J’espère donner aux lecteurs l’envie de se lancer, ce serait vraiment sympa 🙂 Ensuite, nous avons débuté à la maison, un grand tri et un virage léger en direction du « Zéro déchet ». J’ai commencé à rédiger un article sur le sujet. Ce n’est pas vraiment l’objet du blog, mais finalement tout se tient. Si cela vous intéresse, dites-le moi 🙂

C’est parti pour le tour du balcon ! En mars, la nature commençait à peine à s’éveiller. En avril, tout a été pris d’une frénésie de grandir, de pousser, de fleurir, de nicher… Encouragé par les beaux jours et des températures agréables. Je vais détailler chaque bac, si vous souhaitez voir la progression sur un mois, l’article de mars est ici : le balcon potager en mars.

Un passage chez Truffaut

Petit passage annuel à la jardinerie. Nous sommes allés au Truffaut d’Ivry car le Botanic de Suresnes ne proposait que des jardinières en plastique. Nous nous sommes donc équipés d’un nouveau bac (le dernier car plus ne serait pas raisonnable…) Et comme l’ensemble commençait à devenir visuellement très présent, j’ai tout repeint en blanc (avec une lasure écolo, évidemment.) Depuis l’extérieur (depuis la rue, quoi…) le potager est moins visible. J’ai toujours l’oeil de la copro au-dessus de la tête.

Le nouveau bac, environ 70 cms de profondeur, fraîchement lasuré en blanc pour se fondre avec la façade de l’immeuble.

 Qui dit « nouveau bac » dit « plus de place » ! Il est très profond, et accueillera les tomates, et sans doute un pied de poivron et d’aubergine… Les semis pour le moment restent au chaud, je les avais sortis beaucoup trop tôt l’an dernier, et les plants de tomates étaient entrés en dormance perdant quelques précieuses semaines de croissance. Cette fois, tout se passe mieux. J’ai vraiment dû résister à la tentation de repiquer fin avril avec les températures estivales. Finalement, comme l’an dernier, l’hiver dans un dernier baroud d’honneur nous a envoyé deux ou trois nuits bien fraîches début mai. Je replanterai donc au premier week-end de mai ! Les Saints de Glace ne se trompent jamais !

Comme les jardineries sont irrésistibles, j’ai également acheté un pied de fraisier-ananas. J’avais vu passer des graines de cette drôle d’espèce lors d’une balade sur Amazon.fr au printemps dernier, et puis la saison est passée et j’ai laissé tomber. Surprise ! La jardinerie en vendait ! J’ai donc pris un pied « pour voir ». À peine replanté, il a immédiatement lancé un stolon pour reconnaître les lieux. L’occasion de marcotter !

Le fraisier ananas au premier plan et derrière, on distingue encore les crocus à safran (qui ressemblent à de la ciboulette) mais aussi des cosmos, des pois de senteur, des capucines…

Dans le même bac qui accueille les crocus à safran, les fleurs semées à la volée ont bien poussé. J’ai hâte d’assister à la fleuraison !

Cosmos, pois de senteur, capucines… Commencent à s’accrocher et prennent la place des crocus (qui si tout va bien refleuriront à l’automne.)

J’ai aussi acheté un pied de citronnelle de Madagascar. J’en avais cherché longtemps l’an dernier, sans succès. Cette fois, c’est la bonne ! Il a un peu souffert lors du transport en Autolib’ (il s’est pris un sac de terreau de 50 litres sur le coin de la feuille) mais encaisse très bien la « mise en bac ».

Ciboulette, thym, campanule en fin de floraison et citronnelle de Madagascar. À l’arrière, les plants de coloquintes.

J’en profite pour lier mon article sur les jardineries parisiennes, n’hésitez pas à me signaler les bonnes adresses !

L’évolution du balcon-potager

Je pensais que le framboisier n’avait pas survécu à l’hiver, grave erreur. Le voilà lancé à vive allure. Des branches, des boutons par dizaine et trois nouveaux  pieds. Le tout accompagné de fraisiers des deux années passées (mes fraisiers des bois semés l’an dernier vont-ils donner leurs premiers fruits ?)

Un framboisier « Pom Pom Girl » avec ses deux pompons en bout de tiges ! Au pied, les nouvelles branches de framboisiers et les fraisiers des années passées.
Les fraisiers et les nouvelles branches de framboisiers

La consoude a réellement poussé à vue d’oeil ! Elle a très rapidement fleuri, pour le plus grand bonheur des abeilles. L’an dernier, j’étais envahie par deux pieds de bourraches géants. Cette année, elles se sont fait coiffer au poteau par la consoude qui a décollé et très vite envahi l’espace. Un pied de consoude a développé des feuilles gigantesques et larges, et l’autre a choisi une stratégie différente en poussant tout droit, très vite. La bourrache a eu du mal à s’imposer. Comment dire à tout ce petit monde que d’ici quelques jours, elles vont devoir céder un peu de place aux tomates ?

Les clochettes mauves de la consoude (et sa feuille géante). À son pied, une bourrache en bouton.

Le Tea Garden s’est considérablement étoffé également. La menthe s’en donne à coeur joie. J’ai déjà commencé à la cuisiner (avec des nems ! Miam !)

Verveine, thym citron, menthe, camomille, mélisse…

Du côté des semis, ça donne quoi ?

Pendant les beaux jours, j’ai repiqué deux pieds de coloquintes sur trois. (J’en ai conservé un « au cas où… ») J’espère les voir grimper sur les treilles.

Les coloquintes en terre

J’ai relancé il y a une semaine plusieurs plants de potirons et de courges Baby Boo pour les ramener dans les Hauts-de-France. J’aimerais beaucoup conserver un pied de Baby Boo chez moi… J’envisageais de la faire courir sur la rambarde du balcon… À voir, je ne suis pas encore fixée !

Les haricots verts et les haricots coco semés à la volée poussent… À l’exception de deux graines qui ont pourri et que j’ai remplacées, il y a 3 ou 4 jours.

Un trou dans mes haricots !

Les aubergines blanches rondes à oeufs et les poivrons corno di toro poussent doucement.

Last but not, les tomates ! Les plants commencent à dépasser les 10/12 cms. Je trouve leur croissance un peu lente en comparaison des plants du commerce, mais au moins elles ne sont pas entrées en dormance et ont l’air solide. Au final, et après l’éclaircissement, j’ai une dizaine de pieds.

Les semis : au premier plan une aubergine, derrière les tomates et au fond les potirons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *