Noyau d’avocat germé : faut-il le tailler ?

Noyau d’avocat germé : faut-il le tailler ?

L’an dernier, j’avais mis à germer un noyau d’avocat. Un grand classique ! Je vous donne de ses nouvelles et vous raconte l’histoire de taille. Un suspens haletant, plein de « cliffhangers » comme seuls les jardiniers en connaissent ! 😉

Noyau d’avocat germé : son évolution un an après

Le petit père a été très courageux car il a beaucoup souffert pendant les travaux qui se sont déroulés chez nous, l’hiver dernier. Caché sous des bâches, il n’a pas reçu beaucoup de lumière et aucun arrosage pendant près d’un mois. Au moment de le sortir, il était couvert de poussière et avait même des taches de peinture. Il avait évidemment stoppé nette sa croissance, et il lui a fallu 3 bons mois avant de refaire deux paires de feuilles.

Juin 2017 – un noyau d’avocat mis à germer un mois plus tôt
Mai 2018 – rempoté dans un pot (moche) plus grand. La tige doit atteindre les 40 cm environ. Une graine de tomate a décidé de lui tenir compagnie. 😉

Pincer ou ne pas pincer son avocat : le dilemme

Partout, on lit que pour éviter que l’avocat ne pousse sous la forme d’une longue tige unique, et devienne un bel avocatier vigoureux, il faut le pincer. La manipulation permet à de nouvelles branches d’apparaître, et le petit arbre prend de l’épaisseur.

Je repoussais cette action, car je n’aime vraiment pas tailler les plantes (ni éclaircir les semis – je sais c’est idiot -). Je me disais que la nature ne pouvait pas, ne pas avoir prévu de solution à cela ! Ils font comment les avocatiers dans la jungle ?  De temps en temps, je considérais ma petite plante et j’allais faire un tour sur les forums consacrés au sujet pour trouver des informations et quelques conseils. (J’ai ainsi découvert que je n’étais pas la seule à ne pas aimer tailler !) Et après de longues tergiversations, finalement… Je remettais la décision à plus tard.

Après plusieurs mois, je suis tombée sur tellement de témoignages de jardiniers qui avaient tenté l’expérience de ne pas tailler, et qui le regrettaient que je me suis résolue à passer à l’action. J’ai donc attendu que les dernières feuilles soient parfaitement formées et qu’un minuscule petit toupet d’environ 3mm se forme… pour le pincer. Pas de taille de la tige, du coup. J’ai juste supprimé le bourgeon naissant.

Comme vous le voyez ici, la plante n’a absolument pas été endommagée. (Contrairement à une taille au sécateur qui laisse une coupe et laisse la sève s’échapper.)

Le haut de la tige a été pincé.

De minuscules petites feuilles sont en train d’apparaître en haut de la tige.

Il est encore trop tôt pour savoir si cela sera suffisant pour provoquer le développement de nouvelles branches… Je vous tiendrai au courant !

Et vous, vous taillez votre avocat ? N’hésitez pas à partager des photos, on trouve peu de photos d’avocatiers de 2 ou 3 ans. À croire qu’une fois germés, ils disparaissent !

MISE A JOUR : suivez l’évolution de mon avocatier dans cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *