Semer des fraises : pourquoi et surtout, comment faire ?

Semer des fraises : pourquoi et surtout, comment faire ?

Semer des fraises (et manger des fraises de ces mêmes plants !) est loin d’être une promenade de santé. Quand on se lance (ce qui a été mon cas, il y a maintenant 2 ans…) on comprend pourquoi la plupart des jardiniers achètent leurs plants en jardinerie.

Précisons une chose importante : autant les semis de fraisiers demandent de la patience et de la détermination, autant la culture des fraisiers est aisée ! Si vous cherchez une culture par laquelle débuter, quelque chose de ludique, de simple et de pratique sur votre balcon minuscule : les plants de fraisiers sont faits pour vous ! Avec les tomates cerises, je pense que c’est « la » culture la plus simple et la plus gratifiante.

Comment semer des fraises des bois ?

Minuscules (mais néanmoins adorables) petits fraisiers.

Cela étant dit : semer des fraises est une autre paire de manche. Perso, je me suis lancée il y a 2 ans et demi avec une idée en tête : faire pousser des fraises des bois (et des fraises « classiques » dans la foulée, ce serait dommage de se priver…) J’ai donc lancé mes semis en mars, comme c’était écrit sur le paquet de graines issues de la Ferme Sainte-Marthe…

Ah, non ! Suis-je bête. Ce n’est pas du tout ce que j’ai fait ! 1) J’ai d’abord dû laisser le paquet de graines… au congélateur. Pour germer, les graines de fraises des bois ont besoin d’un petit coup de froid (comme dans la nature…)

2) Ensuite, je les ai semées et j’ai guetté avec un oeil amoureux les petites feuilles (totalement microscopiques) sortir de terre. La germination n’est pas exactement la plus rapide…

Fraisiers : année 2

3) … mais surtout, il apparaît rapidement peu probable d’obtenir des fraises dans les mois qui suivent. Car oui, sachez-le, si vous semez des fraisiers, vous n’obtiendrez pas qu’ils vous sustantent en fruits, la première année.

Si vous observez la photos ci-contre, vous constaterez que mes fraisiers n’étaient pas bien gros l’année suivante. En fait, ils sont parvenus à faire poursser une ou deux feuilles de taille normale… Et c’est tout !

4) En année 2, je n’ai donc récolté que 2 ou 3 petites fraises maigrichonnes, mais je ne lâche rien ! Cet hiver, j’ai donc paillé et protégé mes pieds de fraisiers afin d’avancer tranquillement avec eux, vers l’année 3.

Avouez qu’il faut bien du courage pour semer des fraisiers quand on sait qu’avec quelques stolons, on les multiplie sans problème, ou que le pied bio coûte 5 euros en jardinerie…

Semer des fraisiers : une expérience à retenter ?

Alors, si je devais retenter l’expérience : pourquoi pas pour des espèces très rares qu’il me serait impossible (je dis bien « impossible ») de trouve dans aucune jardinerie du monde… Ou pour mener une expérience particulière, dans un élan de curiosité toute botaniste… Mais certainement pour « juste manger des poignées de fraises l’été ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *