Potager d’intérieur « Prêt à Pousser » : mon avis

Potager d’intérieur « Prêt à Pousser » : mon avis

Aujourd’hui, je reviens avec un article un peu particulier, la review d’un objet que l’on m’a offert, le potager d’intérieur de « Prêt à Pousser ». C’est un cadeau que j’ai reçu à Noël de mes parents, qui connaissent évidemment mon appétence pour le jardinage, les plantes… et les nouvelles technologies. Je vais vous raconter un peu l’arrivée du potager à la maison.

Précisons à toute fin utile et notamment à mes parents passent par là, que ce cadeau est une super idée, quoi qu’il arrive et que je les en remercie encore ! 🙂

Montage et installation du potager d’intérieur

Le montage se fait simplement. Il s’agit de tubes à enfiler. L’objet en lui-même plaira ou pas. Il a vaguement un petit air futuriste qui pour ma part me plaît bien. Et puis de toute façon, il va être couvert de végétaux bientôt. C’est bien, ça ? Non ? 😉

Semaine 3 : les graines ont germé et les deuxièmes feuilles des plants de tomates sont là

En revanche, surprise : le potager « Prêt à Pousser » est extrêment lumineux. Chez moi c’est assez petit, et ça a été assez compliqué de lui trouver un emplacement sans qu’on ait en permanence, dans un coin de l’oeil, la lumière blanche des LED qui nous aveugle. (Si-si, vraiment qui nous aveugle…)

On peut régler ses horaires d’éclairage. En revanche, soyons clair pour ceux qui l’espéraient, en l’état actuel, ce n’est pas vraiment un « potager connecté ». Il y a vaguement une application mobile mais qui ne contrôle pas le potager en lui-même.

Un potager Nespresso ?

C’est là, le point noir à mon sens. Le potager « Prêt à Pousser » est une sorte de potager « Nespresso ». En gros pour pouvoir semer à nouveau, il faudra acheter les capsules « Prêt à pousser » sur le site, et c’est tout. Enfin, normalement c’est tout. J’ai vu sur Instagram, des personnes qui utilisaient les LED pour leurs propres semis. Mais dans ce cas, il est plus confortable – à mon sens – d’acheter des LED indépendantes de tout support.

Quand aux semences en elles-mêmes… J’ai déjà longuement parlé de ce soucis sur mon blog. Faut-il y revenir ? Evidemment, dans le cadre de mes cultures « habituelles » je n’aurai pas utilisé ces semences là – et encore moins ce principe de capsules « propriétaires ». Pour l’expérience, je vais tenter de resemer les graines « Prêt à Pousser » par curiosité, si ça vous intéresse, je vous raconterai…

Bref. Passons sur ces questions tant il est évident que le désaccord est irrémédiable.

Et c’est parti : les plantes poussent !

Semaine 6/7 : les plants sont adultes et les tomates fleurissent.

Bon, alors perso, je n’avais jamais pratiqué cette forme de culture. Parce que j’essaie d’appliquer les principes de la permaculture dans mes cultures « habituelles » j’ai été très étonnées par ce petit potager.

La chose la plus étonnante est l’incroyable rapidité de la germination et des semis. En une semaine, le basilic, les tomates et la ciboulette avait germé. La croissance des plantes a été extrêmement rapide.

6 semaines après le premier arrosage des capsules (oui-oui 6 semaines, allez disons 7…) les plants de tomates viennent de fleurir ! Le basilic a déjà des feuilles parfaitement consommables et de belle taille. La ciboulette peut-être coupée. Il n’y a que la menthe qui est un peu molle.

L’autre curiosité est que ces plantes, notamment les plants de tomates sont naines. Pour avoir réaliser pas mal de semis de tomates de différentes espèces, je peux dire que je n’ai jamais vu de fleurs sur un pied d’une vingtaine de centimètres comme celui-ci. Clairement, c’est un plant de tomates d’appartement parisien.

Pour avoir réaliser beaucoup de semis, cette croissance me fait presque peur. Quels genres d’engrais se trouvent dans ce substrat ? Quel genre de graines se trouvent dans cette capsule ? Pour le moment, nous n’avons pas eu la curiosité (le courage ?) de goûter aux plantes du potager « Prêt à Pousser » mais nous n’y manquerons pas.

Alors, c’est bien ou pas ?

Semaine 6 – 7 : les fleurs des plants de tomates (en février)

Beh, c’est compliqué. D’abord les points négatifs :

  • Si vous voulez des tomates cerises, de la ciboulette ou du basilic, faites pousser vous-même vos plants (issus de selence bio, non F1 et achetées chez des semenciers de confiance comme la Ferme Sainte Marthe ou même Kokopelli). Franchement, ces cultures sont loin d’être les plus difficiles. Deux plants de tomates cerises produisent suffisamment de fruits pour une famille. Souvent, on ne sait même plus quoi en faire… C’est un peu comme les fraises d’Agricool. Pourquoi élaborer des dispositifs aussi compliqués pour des plantes aussi simples à faire pousser ?
  • Ensuite, je ne porte pas de jugement, mais je m’interroge. Aucune plante ne germe et fleurit naturellement en 6 semaines. En soi, cette croissance « boostéez » ne me pose pas de problème, mais je me dis qu’elle ne véhicule pas vraiment la philosophie du jardinage que j’aime : la patience. La patience et la constance du jardinier (pour reprendre le titre d’un livre connu…) c’est tout de même un enseignement important. On ne fait pas pousser une plante que pour la dévorer ASAP. J’intellectualisae peut-être un peu trop…
  • Enfin, j’avoue que personne à la maison n’a très « hâte » de manger ces plantes ^^ Ça fait un élément de déco vraiment sympa (mi-naturel, mi-futuriste). Une lampe de chevet puissante et originale. Par contre, on considère ces plants davantage comme des drôles de monstro-plantes que comme des aliments^^
Les racines des plants de tomates et le bac d’eau (du robinet)

Les points positifs :

  • C’est une expérience de jardinage vraiment marrante. Clairement, l’hydroponie est surprenante et ça donne envie de faire d’autres tentatives (avec un substrat plus « naturel » peut-être ?) J’ai aussi hâte de resemer les graines des plantes « Prêt à Pousser ». Clairement, le produit est amusant à tester !
  • Un potager d’intérieur (même si finalement, on ne jardine rien et on ne consomme pas les légumes/herbes…) est un élément de décoration vraiment cool quand on aime le jardinage. Finalement, je vis un peu cet objet comme une très belle plante d’intérieur qui ne demande aucun entretien. Car oui, c’est un point fort, on peut partir 2 semaines en vacances sans que les plantes ne souffrent. (Il suffit de leur donner suffisament d’eau.)

Enfin, pour ceux qui se posent la question, sachez que les LED consomment peu (moins que votre box Internet) donc le débat n’est pas là^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *