Faire son compost sur un balcon, c’est parfaitement possible. C’est aussi très simple. Depuis deux ou trois ans, on voit fleurir des composteurs connectés et autres « composteurs de cuisine » qui coûtent entre 50 et 1 300 euros (oui oui, c’est ici). Perso, je pense que c’est du gadget et du green washing. Qui a besoin d’autant de compost par mois ? À moins d’avoir un champ… Je ne vois pas l’intérêt. Pourquoi vouloir obtenir en 48 heures, ce que la nature met plusieurs mois à faire ? Moi qui adore le web depuis près de 20 ans maintenant (la preuve avec ce blog), j’ai duLire la suite →

Les pucerons sont des petites calamités qui si vous les laissez se développer peuvent finir par épuiser totalement une plante et envahir la totalité de votre balcon. Si dans un jardin, les choses se régulent naturellement avec l’arrivée de coccinelles par exemple, sur un balcon, les pucerons auront le temps de s’installer avant que la première coccinelle n’ait le temps de « spotter » votre potager et de vous venir en aide. Par ailleurs, ne pensez pas que parce que votre balcon est à un étage élevé, vous êtes à l’abri. Perso, le mien est au 4ème, au-dessus des cimes des arbres de la rue et leurLire la suite →

L’hiver dernier, j’avais installé un hôtel à insectes sur mon balcon avec l’idée de commencer à y ramener un peu de biodiversité… Une partie de moi était très sceptique quant à la possibilité que des insectes puissent découvrir cet endroit et s’y installer… Mais soit. À ma connaissance, il ne s’est pas passé grand-chose là-dedans pendant plusieurs mois… À la mi-mars, j’ai eu l’occasion d’observer un drôle de manège. Un bourdon tout poilu (un osmie en réalité) faisait des allers et retours réguliers dans mon hôtel. Je me suis même amusée à le chronométrer : de 9h du matin à 19h (de l’arrivée du soleilLire la suite →

Je trouve certains potagers verticaux absolument magnifiques en plus d’être pratique lorsque l’on manque de place. Du coup, comme je me renseignais pour moi même et notamment trouver des balconnières à suspendre aux résilles de ma jardinière principale, je vous ai fait une petite sélection. Il s’agit de potagers verticaux à acheter, mais certains peuvent être faits par les bricoleurs. 😉 1. Potager vertical : la bibliothèque de légumes et d’herbes Voici ma préférée car elle ressemble à une bibliothèque. Le design est finalement assez simple mais le résultat est vraiment charmant. Les étagères sont inclinées ce qui évite aux légumes/plantes de devoir s’élever vers le ciel.Lire la suite →

Hello ! Depuis le début du mois de mars, j’affronte une invasion de pucerons sur mon balcon qui a débuté par mes radis. La culture biologique, c’est top, mais pour la première fois, je me suis trouvée un peu démunie. Des verts, des marrons, des dizaines de pucerons qui s’attaquaient à mes deux derniers pieds de radis d’hiver que je conservais pour récupérer les graines… J’ai immédiatement commandé… des coccinelles sur le site MonVertJardin.fr que je ne connaissais pas, mais qui était le seul site à expédier rapidement des coccinelles  (Même Amazon Premium ne le faisait pas !) Au moment de la commande, je me suisLire la suite →

Hello ! Aujourd’hui, on va parler patates ! Comme pas mal de monde, j’avais lu des articles sur les tours de pommes de terre qui « peuvent produire jusqu’à 100 kilos par pied ». Après en être restée bouchée bée, j’étais évidemment tombée sur les articles qui expliquent que c’est impossible. Le désaccord porte essentiellement sur le rendement de 100 kg, mais également sur les quantités d’eau nécessaires pour arroser ce monument de terre. Le principe de la tour de patates, c’est de débuter avec peu de terre. A chaque fois que la plante pousse de 20/25 cms, on en ajoute un petit peu ce qui permet àLire la suite →

On l’attendait avec impatience, le mois de mars, mois des semis est là ! D’abord, petit bilan du balcon. Il a été laissé « en jachère » pendant  » 3 mois. Pas d’arrosage, pas de voile contre le gel, les plantes sont élevées « à la dure ». J’avais acheté de quoi les emballer « au cas où » une vague de froid terrible les menacerait mais il n’y a eu du givre qu’une fois sur mon balcon (avantage du balcon…) et les plantes ont parfaitement tenues. Actuellement sur le balcon : la bruyère d’automne à destination des abeilles jaunie. Je vais tenter de la conserver, mais j’ai l’intuition que ce n’estLire la suite →

Bonjour à tous, J’ai été absente mais les plantes ont continuer de pousser ! A la fin de l’été, j’ai commandé sur le site de la Ferme de Saint Marthe des graines de radis d’hiver, de bourraches, de lin et de salades romaines (tardives). J’avais également des pommes de terre Pompadour qui trainaient dans la cuisine et qui ont germé. J’ai profité de la bonne énergie de la fin de l’été pour m’essayer à la fameuse « tour de pommes de terre ». J’ai donc semé les graines dans la foulée. L’objectif était surtout de tester et de m’amuser en attendant le printemps. J’ai repiqué en septembreLire la suite →

C’est parti ! Pas question d’attendre mars prochain et la période des semis pour commencer à aménager mon balcon. Voici l’histoire de ma plante numéro 1. Mon premier pas vers l’introduction d’une biodiversité dense (bien sûr !) remarquable (évidemment !) et le retour (certain !) des pollinisateurs dans mon quartier. La semaine dernière, je déambulais tranquillement dans les rues pendant ma pause déjeuner, lorsque soudain, que vois-je ? Une abeille ! Parfaitement, une abeille en plein coeur de Paris dans le 9ème arrondissement. En réalité, elle devait venir des ruches de l’Opéra de Paris, mais ne minimisons pas ses efforts ! Ni une, ni deux, je laLire la suite →

En créant ses propres semences de tomates, Pascal Poot a réussi un petit miracle : faire pousser ces fruits réputés délicats sur des terres sèches et caillouteuses. Ceux qui n’ont jamais cultivé de tomates trouveront peut-être la démarche logique, pourtant la plupart des cultivateurs et des jardiniers ne procèdent pas de cette façon. La méthode traditionnelle ressemble davantage à cela : on achète des plants, que l’on repique, que l’on arrose (souvent abondamment), auxquels on appose un tuteur et qui finissent par attraper le mildiou. On sauve quelques tomates, on retourne la terre, on y ajoute du compost et c’est reparti pour une autre année. PascalLire la suite →